Evian-les-bains doit accueillir des migrants

1

Faire partie du groupe de la majorité municipale doit garantir à chacun le plein exercice de sa liberté d’expression.  Cette position est rendue publique en vertu de la distinction entre allégeance et fidélité. 

Notre pays accueille depuis toujours des misérables, des déracinés, des migrants. Mon grand-père disait à une époque pas si lointaine où nous avions une immigration irrégulière, nombreuse et économique :

-« Tu ne pourras jamais empêcher un père de nourrir sa famille ».

C’est la particularité de notre ADN France.

Il n’y a pas si longtemps, les italiens fuyaient le régime fasciste de Mussolini ; les espagnols, la guerre civile et le dictateur Franco ; les pays du Maghreb eux, migraient afin de fuir le totalitarisme et la faim.

Nos politiques savent que l’on ne peut pas empêcher un homme de fuir la misère, la famine, les atrocités de guerre et les régimes fascisants. Voyager pour un migrant, c’est naître et mourir à chaque instant.

Alors, on me dit :
– « On a assez de misère en France comme ça »,

Je rétorque :
* « Les comptables de la misère humaine réagissent de façon arithmétique et ont pour fantasme les statistiques » ;
* « Celui qui partagea son pain lors des années sombres ne s’est pas retrouvé appauvri ».

Nous devons accueillir des migrants mais pas n’importe comment. Ne concentrons pas des déracinés.

Oui, Evian doit recevoir une famille comme toute commune de plus de 1 000 habitants du Chablais.
Oui, chaque commune possède au moins un appartement vacant.
Oui, les migrants auront des devoirs et des obligations : apprendre la langue de Molière, la citoyenneté et le civisme.

Belle hypocrisie que d’accueillir à l’hôpital public des médecins libanais, iraniens, tunisiens pour les payer deux fois moins cher que des français. Ils acceptent car préfèrent vivre dans un pays en paix. Quand leurs enfants partent à l’école, ils n’ont pas le noeud au ventre.

La France s’est levée, rassemblée, les 10 et 11 janvier contre la barbarie, l’obscurantisme. N’oublions jamais. Ne soyons pas les complices passifs d’un génocide.

Comme l’a écrit Martin Luther King, « nos vies commencent à prendre fin le jour où nous devenons silencieux des choses qui comptent » et je rajouterai, l’humanisme doit éclairer nos choix. Elevons nous contre le politiquement correct et contre la pensée majoritaire. Les démagogues flattent les peurs en voulant faire croire que le rétablissement des frontières nationales seraient une solution efficace. Même avec des gardes aux frontières, nous n’avons pas pu empêcher l’immigration illégale.

Philippe GUENANCIA
Conseiller municipal UDI à Evian-Les-Bains
Président de la commission urbanisme.

 

A propos de l'auteur

Cité d'Evian est un projet rédactionnel de médiation citoyenne. Il est conçu dans une démarche contributive de développement des initiatives et des projets, visant à concilier objectifs économiques et mieux vivre ensemble.

Un commentaire

Réagir