Evian : de la préhistoire au V° siècle

0

La période préhistorique est peu connue sur les environs du lac Léman et donc sur les lieux de la future cité d’Evian. Néanmoins, des traces sont parfois trouvées En voici certaines, jusqu’à l’arrivée des Burgondes…

-1758 (avant JC) : des recherches ont permis de retrouver des traces d’un habitat préhistorique dans le lac, plusieurs sites palafittiques, des pilotis sur le rivage. On pense à un tremblement de terre qui aurait pu avoir lieu en 1758 avant JC et suite à cet événement, les sites palafittiques ont été abandonnés durant 28 ans. Peut-être les habitants ont-ils fuit le temps d’une génération (références)

-300 (av.JC) : les Allobroges s’installent sur le territoire qui deviendra l’Isère, la Savoie et la Haute-Savoie ; leur nom proviendrait du latin « allo » (autre) « broge » (pays), autrement dit ceux qui viennent d’autre pays, des étrangers. L’utilisation du mot est identifié notamment chez Polybe, historien et homme politique Grec (vers -208 -126 av. JC). Polybe évoque les Allobroges, lors du passage des Alpes par Hannibal en -218. Leur territoire, l’Allobrogie, sera nommé Sapaudia, le « pays des sapins », qui évolue pour devenir, après la chute de l’empire romain et les nouvelles répartitions territoriales entre les bandes organisées, la « Savoie » – le duché de Savoie ;

– 125 (av.JC) : les Romains se lancent à la conquête de la région correspondant maintenant à la Savoie, Haute-Savoie et à l’Isère et chemin faisant ils aménagent les voies pour mieux faire circuler leurs armées et le matériel de guerre qu’ils emportent ;

– 43 (av.JC) : les Allobroges se soumettent à Rome après plusieurs révoltes contre les impôts, dont celles de -77 et -61 ;

-37 (av. JC) : les Salasses taxent le passage des alpes, de là commence la légende des « portiers des Alpes ». Pour les contraindre à se soumettre à Rome, ils subissent un blocus pour les affamés, en vain ;

– 25 (av.JC) : les romains parviennent à vaincre et capturer les Salasses. Ils vendent les prisonniers comme esclaves ;

253-268 : il est attribué à l’empereur Gallien (218-268 – empereur à partir de 253) d’avoir fait construire une voie romaine pour longer le littoral du Léman, « reliant Genève au bas Valais, par Thonon, Marin, Publier, Neuvecelle, Maxilly (dont l’Histoire fait remonter le nom à l’époque de l’implantation romaine, l’un d’eux Marcelluis lui donnant son nom,  Lugrin, Meillerie et Saint-Gingolph ». Toutefois, il est établi que les Romains étaient souvent arrivés dans des régions où des voies de circulation déjà performantes étaient déjà tracées. (Références : Albertville Historia)

363-364 : l’empereur Jovian (332-364), successeur de Julien, serait passé Evian, selon ce que rapportait en 1860 Alfred de Bougy. Il aurait fait attribuer son nom à la petite cité qu’il aurait christianisée en passant. Le nom aurait suivi une déformation du nom de l’empereur, la cité étant située en  dehors de la voie romaine « extra viam » qui signifie « hors de la voie », aurait pu donner Evian…

A propos de l'auteur

Cité d'Evian est un projet rédactionnel de médiation citoyenne. Il est conçu dans une démarche contributive de développement des initiatives et des projets, visant à concilier objectifs économiques et mieux vivre ensemble.

Réagir