François Fauconnet – allée François Fauconnet à Evian-les-bains

0

François Fauconnet est le premier repreneur de la société Cachat. Il emporte l’affaire en 1826. Gabriel Cachat et sa famille lui intentent un procès qu’il gagne. Mais il ne parvient pas à faire prospérer l’affaire, malgré les importants investissements qu’il y consacre.

Lorsqu’il négocie les parts dans la société créée par Gabriel Cachat, François Fauconnet est banquier et vit à Genève. L’affaire lui semble juteuse et il investit. Il est néanmoins très prudent. En 1808 (14 janvier) il commande à Pierre François Trigny, membre de la société de physique et d’Histoire naturelle de Genève, un rapport sur l’intérêt de l’eau d’Evian. L’étude porte sur un projet d’établissement thermal. L’avancée juridique n’est pourtant pas sans obstacle. La Savoie n’est pas française lorsqu’il se décide enfin. En tant qu’étranger, il doit obtenir une autorisation spéciale du roi de Sardaigne, Charles-Félix, duc de Savoie. Il adresse une requête pour développer une entreprise de commercialisation de l’eau de la source Cachat. L’édit royal lui arrive le 20 janvier 1826. Il est positif. Alors, il achète les terrains, les immeubles et la source. Les Cachat ne sont pas suffisamment attentifs. Ils vont regretter leur manque d’attention sur la rédaction des actes. Pour ce qui est de la société des eaux, les capitaux de Fauconnet permettent de passer la vitesse supérieure.

Charles Félix, par la grâce de Dieu Roi de Sardaigne, de Cypre et de Jérusalem, duc de Savoie, de Gênes, prince de Piémont,
François Fauconnet, de Genève, désirant établir des bains publics à Evian avec la source d’eau alcaline gazeuse qui sourd d’un jardin appartenant à Gabriel Cachat,
Nous a suppliés de lui permettre d’acquérir tant le jardin où jaillit ladite source, que d’autres immeubles adjacents appartenant audit Cachat, à ,la Ville d’Evian et à divers autres particuliers indiqués dans le plan signé Gruz joint à la supplique dudit Fauconnet ;
Les avantages que représenterait cet établissement pour cette partie de notre Province du Chablais, Nous ayant déterminés à accueillir favorablement cette demande, c’est pourquoi de notre science certaine et autorité Royale, eu sur ce l’avis de notre Conseil, avons permis et permettons à François Fauconnet de Genève d’acquérir et posséder ladite source d’eau et les immeubles indiqués sur ledit plan, situés dans les deux milles frontière, et figurés sous les numéros 1584, 1584 […] 2139de la mappe de fa ville d’Evian, de la contenance totale de mil six cent quatre-vingt-dix neuf toises, sept pieds, à la forme du plan signé Gruz en date du 2 octobre passé, lequel restera joint aux présentes, après avoir été visé par notre Premier Secrétaire d’Etat pour les affaires internes, lesdits immeubles appartenant les uns à Gabriel Cachat, et les autres à la ville d’Evian, à Antoine Constantin, à la veuve Gurnel, aux hoirs Martin, à François-George et Claude Coffy, aux hoirs Vadaux, aux hoirs Morel, à Gaspard Chatillon et à Marie Jacquier, en tant toutefois que ceux-ci consentent à vendre leurs respectives propriétés.[…]
Mandons à notre Sénat de Savoie d’enregistrer les présentes, de les observer et de faire observer suivant leur forme et teneur; car ainsi Nous plait.
Données à Turin, le vingt du mois de janvier l’an de grâce mil huit cent vingt-six et de notre Règne le sixième.
Charles-Félix

Curieusement, le terrain de la discorde n’est pas tant l’eau de la source que le vin de la vigne. Pour faire bâtir et mieux identifier le cheminement de la source, François Fauconnet intervient sur le terrain des vignes Cachat qui produisent un vin très apprécié. La famille Cachat proteste. Elle ne parvient pas à se faire entendre. Elle engage une procédure judiciaire dans laquelle elle demande également le respect d’engagements verbaux que Fauconnet contestent. C’est la ruine pour les Cachat. François Fauconnet  obtient gain de cause en appel et les Cachat abandonnent.

1823 : François Fauconnet conduit la création de la première société d’exploitation de l’eau minérale d’Evian nommée : « Société pour la restauration des bains d’eaux minérales d’Evian ».

1827 : François Fauconnet devient majoritaire et le reste pendant encore 16 ans ;

1834 : en plus des actions en justice de la famille Cachat qu’il gagne malgré tout, la fréquentation de son établissement thermal reste insuffisante. François Fauconnet s’épuise et finit par se retirer de l’affaire ;

Cette passation se passe pourtant dans un contexte favorable aux repreneurs. François Fauconnet a préservé le capital confiance dans cette source magique. La mode est lancée, mais elle ne bat pas encore son plein. François Fauconnet jette l’éponge un peu trop tôt, mais il n’a plus les moyens de poursuivre et un groupe d’hommes d’affaires suisses prend la suite ;

1843 : la société de François Fauconnet est dissoute.

Voir

Vérifier le lien avec Charles-Isaac-Joseph Fauconnet, né à Genève en 1810 ou 1811

A propos de l'auteur

Cité d'Evian est un projet rédactionnel de médiation citoyenne. Il est conçu dans une démarche contributive de développement des initiatives et des projets, visant à concilier objectifs économiques et mieux vivre ensemble.

Réagir