Le vin du Chablais et d’Evian, l’histoire d’un bon plan

1

Dans le pays de Savoie, les vins blancs (Chasselas, Jacquère, Altesse, Roussane, Gringet , Chardonnay, Velteliner) sont plus nombreux que les rouges (Gamays, Pinot, Persan et Mondeuse). Parmi les blancs réputés : Ayze, Marin, Marignan (Sciez), Ripaille (Thonon), Roussette, A.O.C. Crépy (terroir de Douvaine, Loisin et Ballaison), A.O.C. Roussette de Seyssel.

La quasi-totalité des vignobles de blanc des coteaux d’Evian jusqu’au Crépy, sur les bords du Lac Léman sont du chasselas : crus Crépy, Marignan, Marin et Ripaille, ce qui explique que le vin était connu sous le nom de vin d’Evian avant la crise du plylloxera et les arrachages qui ont suivi la première guerre mondiale.

« La région aurait été plantée en vignes dès la période romaine. Les archives de 1334 du bourg d’Yvoire comportent des mentions de celliers et de vignes qui jouxtaient les fossés de la villeneuve. Vers 1430, la région est encépagée en Chasselas.

  • Ripaille s’étend sur des terrasses lacustres formées de graviers et de sable.
  • Marin et de Marignan sont implantés sur des dépôts de moraines argileuses.
  • Crépy profite des pentes douces du mont de Boisy fait de molasse tertiaire. Ici les coteaux sont bien exposés et profitent du volant thermique généré par la proximité du lac Léman. Cette situation est cependant soumise aux risques importants de gelées hivernales dues au brouillard.

On produisait autrefois dans la région d’Evian un vin nommé Marêches, mais cette « appellation » a elle aussi disparu. »

source : Vin-de-savoie
Chapelle de Maraiche-Neuvecelle

Chapelle du prieuré de Maraîche, à Neuvecelle

Vin de Marêches. L’orthographe a évolué. Il existe en haut d’Evian, à Neuvecelle, un ancien prieuré qui porte encore le nom de « Prieuré de Maraîche » – évocateur de l’activité de maraîchage. Les moines devaient avoir aussi une activité viticole qui s’est éteinte au point de ne laisser que ce prieuré trôner en haut de cette route en carrefour où .

En 1868, dans un rapport adressé au ministère de l’agriculture, intitulé « Sur la viticulture et la vinification du canton d’Evian » le professeur Jules Guyot écrit :

« Les vins des crosses d’Évian sont blancs, légers et ils sont aussi sains qu’agréables… »

« Les habitants préfèrent beaucoup leurs vins à leurs eaux qui sont pourtant des plus séduisantes. »

La production dans la région avait une originalité d’être en hautain (sur des arbres alignés ou non) ou une production en crosse (des troncs secs de châtaigniers). Mais ce type de vigne a quasiment disparu. On en trouve cependant encore sur la commune de Marin, laquelle fait partie des 16 communes du Pays d’Evian.

Une appellation d’origine contrôlée (AOC) pour le vin de Savoie Marin (mono-cépage « Chasselas B », vin blanc sec, catégorie des vins tranquilles), également sous label d’appellation d’Origine Protégée (AOP), peut être produite dans les communes de Marin et de Publier.

Pendant longtemps, le vin a été la ressource économique du canton d’Evian, comme le rapporte le docteur Jules Guyot, en 1868. Cet observateur intervient pour le compte du ministre de l’agriculture de l’époque. Il raconte notamment avec force détail sa rencontre avec l’un des viticulteurs du nom de Grandjux, avec lequel il participe au traitement de la vigne en crosse. Il constate aussi que la population du canton d’Evian est en bonne santé et les maladies épidémiques et endémiques lui sont inconnues.

« Les vins des crosses d’Evian sont blancs et légers, mais ils sont sains qu’agréables …Les étrangers les boivent avec plaisir et leur usage au repas me semble contribuer, au moins autant que celui des eaux, au rétablissement des malades.  » rapport à son exc. M. de Forcade la Rochette, ministre de l’agriculture,par le Dr Jules Guyot 1868, p.10

A l’époque, « Evian est, après Thonon, la première ville de l’ancien Chablais, la plus petite, mais la plus fertile peut-être province de la Savoie. Evian compte environ 2500 habitants…« 

« Le territoire de la ville d’Evian ne contient que 70 hectares de vigne, mais son canton en compte 455 hectares, dont la moitié environ est cultivée en crosse et la moitié en vigne basse. » (p.9)

« Les vignes du canton d’Evian rapportent environ 27540 hectolitres de vin … la vigne est la première richesse agricole du pays. » (p.10)

Dans les années qui suivent la vente de l’entreprise familiale Cachat au financier Fauconnet, les vignes Cachat elles-mêmes sont arrachées pour privilégier l’exploitation de l’eau. A l’époque, la famille Cachat intente un procès pour empêcher la dégradation de ses vignes par les nouveaux propriétaires de la source. Le tribunal donne raison à l’entreprise Fauconnet. Les Cachat ont tout perdu : l’eau et le vin. En peu de temps, les vignobles du canton d’Evian sont sur les hauteurs.

En 2014, les crosses restent encore dressés sur les terres de Marin.

Les vins de la province d’Evian et environs, sont les suivants :

  1. Les vins blancs
    • Ayze
    • Marin
    • Marignan (Sciez)
    • Ripaille (Thonon)
    • Roussette de Frangy
    • A.O.C. Crépy (terroir de Douvaine, Loisin et Ballaison)
    • A.O.C. Roussette de Seyssel
  1. Les vins rouges
    • Gamay
    • Mondeuse

En 2015, une nouvelle appellation vient réhabiliter l’histoire du vin d’Evian : le vin des Coteaux d’Evian®, par la société Carnotzet des Alcools et Vins d’Evian – C.A.V.E.

Les communes du Pays d’Evian ont l’autorisation de produire les vins sous appellations, dont Evian-les-bains :

  • Comtés Rhodaniens
  • Vin des Allobroges

Parmi ces communes, certaines ont en plus d’autres autorisations :

  • Marin :
    • Vin de Savoie Marin
  • Publier :
    • le Roussette de Savoie
    • le Vin de Savoie Marin

Des sites où vous pouvez avoir des informations :

Le vin du Chablais et d’Evian, l’histoire d’un bon plan

Dégustation des vins (œnologie)

      • Avec Eric Duret, meilleur ouvrier de France 2000 et meilleur sommelier d’Europe 1998.
        Mardi 19h30-22h à Côté Lac. 248€ / 225€.

Référence externe

A propos de l'auteur

Cité d'Evian est un projet rédactionnel de médiation citoyenne. Il est conçu dans une démarche contributive de développement des initiatives et des projets, visant à concilier objectifs économiques et mieux vivre ensemble.

Un commentaire

Réagir