Artisan maroquinier d’Evian

0

Les métiers manuels disparaissent. Maroquinier ? Il en existe un encore à Evian. Au début de la rue nationale, au numéro 7, vous y trouvez l’Echoppe, une boutique artisanale tenue par un couple, Patrick – qui précise : « Je suis Evianais. » – et Martine Morand. Ils exercent depuis mai 1978.

Le savoir-faire est palpable. La boutique de l’artisan maroquinier et de sellerie attire l’œil avec ses articles en cuir. Immédiatement, on comprend qu’il s’agit là de première qualité : sacs à mains, porte-monnaie, bourses, ceintures, ceinturons, sacoches, besaces, bracelets. Que de l’artisanat. Du fait main. Pas de l’encollage. Avec des bijoux et des poteries.

L’artisan est là et propose de graver le cuir du ceinturon que vous venez d’acheter. Il l’ajuste, taille, perce les trous en direct. L’objet est façonné sans fantaisie devant l’acquéreur. Vous pouvez demander du « sur mesure  » pour tout ce que vous souhaitez en cuir.

Une machine à coudre, de marque Singer des années 1960, toujours de bons et loyaux services, trône dans le magasin. Inépuisable. Dans l’arrière boutique où vous n’êtes pas invité, vous pouvez cependant voir que le cuir est travaillé ici. « Ne prenez pas en photo ma pagaille. » Trop tard.

La porte est petite, mais l’accueil sympathique. A vous de l’inscrire dans vos ballades évianaises.

A propos de l'auteur

Cité d'Evian est un projet rédactionnel de médiation citoyenne. Il est conçu dans une démarche contributive de développement des initiatives et des projets, visant à concilier objectifs économiques et mieux vivre ensemble.

Réagir